Êtes-vous propriétaire de votre nom de domaine?

Dernièrement, chez Tintamarre, nous sommes venus au secours d’entreprises qui s’étaient retrouvées dans l’eau chaude pour des raisons virtuelles, mais Ô combien concrètes.

Ces clients en piètre position s’étaient rendu compte qu’ils n’étaient pas propriétaire de leur nom de domaine. Quand tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles avec votre fournisseur, il n’y a pas de quoi en faire une jaunisse. Sauf que le meilleur des mondes possibles peut quand même tourner au cauchemar. Si votre fournisseur ferme, vend, fait faillite ou dévoile son côté givré, vous êtes soudainement dans la m**** cybernétique.

Vous pouvez perdre votre site web ou vous faire exiger un montant astronomique pour récupérer votre nom de domaine. Vous prenez donc la chose avec philosophie et vous vous dites que vous pourriez acheter le .com ou le .ca, dépendamment de ce que vous aviez. Ça peut fonctionner si votre fournisseur n’est pas aussi votre hébergeur. Mais c’est à ce moment que vous vous apercevez que vos courriels sont aussi liés à votre nom de domaine… « Diantre! », vous exclamez-vous. « Vite! Un pigeon voyageur! »

Évitez les gros mots et les gros maux en vous assurant que vous figurez comme propriétaire dans le panneau de contrôle du registraire (Gandi, Go Daddy ou autres). Vous pouvez permettre à la firme qui vous supporte de s’inscrire dans la case « Billing Contact », « Admin » et « Support » pour que ce soit elle qui reçoive les avis de renouvellement et qu’elle vous refacture (je vous le recommande fortement), qu’elle se casse la tête à votre place en cas de pépin et qu’elle gère les redirections de serveurs. Mais votre nom et vos coordonnées personnelles ainsi qu’une adresse courriel NON LIÉE à votre nom de domaine doivent être inscrites comme « Owner ».

Prenez quelques minutes pour valider ces aspects auprès de votre fournisseur ou en entrant votre nom de domaine dans le champ de recherche de whois.com. Votre santé mentale ne s’en portera que mieux.